Suite à une proposition de ma soeur ferrailleur, nous avons (j'ai) pris la décision de prendre des lapins à la maison pour faire un élevage de terrines.

Une fois l'emplacement des futurs clapiers arrêté, les clapiers en question réservés sur leboncoin (coup de bol, ils étaient sur la commune), il a fallu préparer leur installation et les monter.
Après moults échanges de sms avec la frangine, des photos du tour de la maison envoyées, j'ai arrêté mon choix : ils seront face au Nord, adossés au mur de la ruine au bout du jardin.
À l'origine la terrasse allait jusqu'au bout ; je ne l'ai pas connue, quand on est arrivés l'an dernier c'était déjà effondré.
Il a donc fallu virer les gadins (certains gros comme mon torse), terrasser un peu, aplanir, remblayer...
On a fini par y arriver, malgré les boucs qui se sont mis en tête de nous... Hem... "Aider".

image

image

L'après-midi, montés tous les trois dans la voiture, on va chercher les boîtes à zoreilles, qui étaient nettoyées mais montées dans le jardin des vendeurs.
Pas plus mal, on a pu constater que tous les éléments y étaient, et surtout se faire une idée du fonctionnement du merdier.
C'est une vingtaine (?) de plaques de béton de différentes formes et tailles, assemblées avec des picots métalliques et des tiges filetées boulonnées.
On a un peu galéré, surtout sous le crachin glacial de ce 29 février, mais on y est arrivés (merci encore les garçons, moi, j'ai pas pu faire grand-chose).

image

Les cabris se sont bien évidemment empressés de grimper dessus pour manger le lierre et faire les cacous.

image

Le lendemain, il faisait super beau, on est allés au Domaine voir la famille, les gamins (on n'y avait pas fait notre visite dominicale), et on est rentrés avec les lapins gentiment donnés par ma soeur : deux femelles, une grise et blanche et une blanche avec un oeil bleu (que j'ai baptisée Bowie), et un mâle blanc cendré, un peu comme les chats siamois.

image

image

image

Et c'est parti !
La confrontation boucs-lapins a été assez marrante, les caprins détalant comme des flipettes au moindre mouvement d'oreilles.
Ça n'a pas trop duré, même s'ils restent méfiants.
Quant aux lapins, ils sont tranquilles.
Ma soeur a mis la grise avec son mâle hier, je vais surveiller, attendre un jour ou deux avant de mettre Bowie à la saillie (qu'ils se soient bien adaptés au pays), et avec un peu de chance dans un mois et quelques on a des petits.
Bientôt, ce sera au tour des poules...