L'Ardèche, c'est le pays de la châtaigne ; autour de la maison, on a de quoi faire.

Des châtaigners, des noyers, des pommiers, des poiriers... Bon, il y a aussi des champignons mais je ne les connais pas, et surtout ne les vois pas.

 

Je fais donc quelques ramassages. Jamais seule, évidemment. Cet après-midi, j'ai ramassé des pommes, quelques noix et une omoplate de petit ruminant.

Ce matin, des châtaignes. D'ailleurs, le Microbe y est allé aussi de son côté, pendant que le Viking rangeait le bois. A nous deux on en a un joli paquet !

Mais ce n'est pas simple !

Entre les chiens qui mangent les noix, les boucs qui mangent les fruits et les châtaignes, les sorties sont sportives et ressemblent plus souvent à une mêlée de rugby qu'à une promenade de santé.

 

Depuis quelques jours, et avec la pluie, on a rallumé la chaudière.

Remis un peu de chauffage dans la maison aussi.

Pour moi, cette chaudière est comme une grosse bête bienveillante. Jamais emmerdante, elle nous chauffe, nous fait de l'eau chaude.

Il faut juste lui parler gentiment et lui donner un peu à manger.

Tous les jours, je retrouve Flêche, la chatte qui était ici quand on est arrivés, dans la chaufferie. On passe un moment à discuter, se câliner. Je lui mets une gamelle de croquettes. J'espère pouvoir l'avoir dans la maison un jour.

La nuit, je dors encore avec mes deux fenêtres ouvertes.

Je ne peux pas dormir dans une pièce chauffée. Alors mes radiateurs sont éteins, et les fenêtres ouvertes en permanence.

Quand je vais me coucher, après avoir nourri ma chaudière et la chatte, et fait ma toilette, parfois les caprices du vent rabattent un peu de fumée dans la chambre, après l'avoir fait tournicoter autour de la maison.

 

J'adore ça. L'odeur du feu de bois, c'est toute mon enfance, ça me rassure, m'apaise. C'est chez moi.

Les paysages du matin sont stupéfiants.

Quand le soir est là, avec le Microbe on sort, ou on se met à la fenêtre, pour regarder la lune rouge se lever, les nuages, la luminosité ; et le matin, mon premier geste est d'aller à la fenêtre.

Ensuite, j'enfile mes chaussons, ma robe de chambre, vais saluer la chaudière et la nourrir, ouvrir ou nourrir mes boucs, et ensuite je fais mon café. Régulièrement, je regarde l'avancée du jour. 

J'aime vraiment cette région, j'y suis chez moi...