La nuit tombe vite, de plus en plus tôt.

Le frais aussi, alors qu'il y a peu, on vivait encore en t-shirt du matin au soir.

Et avec ce nouveau rythme, on prend d'autres habitudes.

Quand la luminosité diminue, j'ouvre les deux portes de la maison, devant et derrière ; souvent les boucs sont côté cuisine, alors je les appelle et leur fais traverser la maison, pour "coucher les petits" dans la chèvrerie.

Puis je passe à la chaufferie, pour donner à manger à la chaudière, vérifier que tout va bien.

Je fais le tour de la maison, ferme les fenêtre. Distribue les gamelles, chiens, chats.

Donne quelques croquettes à la chatte du hameau.

Puis on prépare la vaisselle et s'installe pour manger. Tranquille, sereine, sachant que tout est en ordre. Plus besoin de ressortir, sauf avant de me coucher, dire bonne nuit à la chaudière.

J'aime cette tranquillité des soirs fraîchissants...