Ces derniers jours, hormis la monstrueuse bringue à Annecy avec les copains, quand on est allés chercher la nouvelle voiture (bringue qui m'a valu de m'arrêter toutes les demies heures pour dormir vingt minutes, sur l'autoroute du retour), je me suis quand même un peu activée.

J'ai débité trois arbres assez conséquents, seule avec mes chiens et mes cabris.

Le matin, tranquille....

Mais depuis hier après-midi, c'est la fin du monde.

Le vent siffle en tournant autour de la maison, il pleut à seaux et ça tombe horizontalement, les feuilles s'envolent vers le ciel.

A l'abri, on est bien. En sécurité. Je suis sortie pour soigner mes boucs, faire le plein de foin, vérifier l'eau... Ils étaient dans le fenil au dessus, j'ai dû aller les chercher en laisse pour faire le tour du bâtiment : on a pas idée, s'ils étaient mouillés !

Les chiens ont insisté pour me suivre, au retour ils ont sinistré la maison.

J'ai mis les chats dehors au passage, je ne leur ai pas réinstallé de caisse. Du coup je crois qu'ils font la gueule.

L'apocalypse a commencé cette nuit, ça secouait la maison dans tous les sens, la pluie giflait les vitres.

C'est impressionnant.

Mon Viking est parti travailler (en retard ; ni lui ni moi n'avons entendu le réveil), je ne serai sereine que quand il sera rentré.

Le Microbe dort dans sa chambre, j'ai presque tout mon monde. J'espère que le chemin sera praticable quand l'Homme rentrera, on a un genre de piste de terre et pierres à travers bois, avec un sacré dénivelé, sur 1km. On verra si le nouveau 4x4 tient ses promesses...