Ici, sur le domaine, on a actuellement 10 chiens : les deux mâles de la maison, (celui de ma tante et celui de ma mère), les deux miens (Le Monstre et le Chacal), la chienne du viking qui l'a laissée à ma famille avant de partir à l'autre bout de l'Europe, et... cinq chiots.

Sur le domaine, on a également de la volaille (deux dindons, deux oies de Guinée, des poules, des coqs... bientôt à nouveau des lapins), trois chevaux (le Ponédragon et les deux de la famille), des chèvres et un bouc.

Tout ce petit monde vit (du moins, vivait...) en parfaite harmonie.

Le Chacal est parfois un peu trop zélé avec les bêtes, à vouloir à tout prix les ranger alors qu'elles vivent leur vie, en liberté totale. Mais c'est tranquille.

Le jour où le grand hongre de cheval lui tirera une mine, ça le calmera peut-être dans son idée de ranger les chevaux.

 

Sinon, ça va.

Celle qui nous a posé quelques problèmes, c'est la chienne, même avant qu'elle aie ses petits.

C'est une Berger de Savoie, comme Le Monstre, ou encore celui de ma tante (qui est d'ailleurs le frère de la chienne), ou Le Chacal qui est supposé croisé BdS.

Or, elle a un comportement bizarre avec la volaille, les chèvres, les chats (elle essaye régulièrement de les tuer, j'ai eu très très peur pour La Chat l'autre soir, et quelques jours plus tôt pour le Chacon)...

On s'en méfie, donc.

Parallèlement, c'est une chienne très gentille, joueuse, câline, mais hyper speed, jamais posée, toujours en stress, en train de tourner, virer, gémir, jamais, jamais tranquille.

Quand ma nièce est avec nous dans la pièce (je rappelle que ma nièce a 21 mois, la chienne a deux ans), elle ne la calcule pas, se comporte comme si elle n'existait pas. Elle la bouscule, la bourre, lui rentre dedans...

Le patron de mon frère, un midi, caressait la Folle qui s'était posée sur ses genoux ; d'un coup, sans prévenir, elle a essayé de lui choper la figure, d'un coup de dents.

Donc on se méfie.

 

Les derniers temps (elle a été laissée chez nous en octobre), elle s'était posée, et ma mère la laissait dehors sans trop de soucis.

Notre chèvre Constantinople a mis bas courant janvier, une jolie chevrette.

 

Et on a eu un drame.

Fin janvier, la cabrette avait une dizaine de jours, (je n'étais pas au domaine ce jour là), la chienne a été retrouvée en train de dévorer le cabri.

Elle lui avait arraché une patte arrière, l'avait éventrée, et l'a mangée.

 

Après enquête (et crise de nerfs de ma soeur enceinte qui a trouvé le carnage), il s'est avéré que la chienne avait commencé par lécher le cul du cabri.

 

Pour moi, c'était réglé : on ne peut pas la garder, elle devient trop dangereuse.

 

Et j'en viens donc au véritable sujet de cet article : les chiens et les jeunes animaux.

 

En discutant avec ma mère, on est tombées d'accord sur un point : on n'a jamais laissé un chien lécher un jeune.

Le Monstre s'est pris un bon nombre de coups de pied au cul quand je le surprenais à lécher un veau ; le Chacal aussi.

Ma mère n'a jamais laissé un des chiens de la maison lécher l'arrière des cabris.

 

Dans l'ensemble, je n'ai jamais non plus autorisé les chiens à s'approcher des jeunes.

Suite à cette histoire, des souvenirs me sont revenus : on m'a souvent parlé de chiens dévorant ainsi des agneaux.

 

Je ne sais pas encore exactement pourquoi, mais ce qui peut sembler au départ être une "gentillesse" du chien, qui fait la toilette du veau ou du cabri, ou de l'agneau, vire très rapidement au casse-croûte en règle.

Ils lèchent, lèchent, et finissent par mordre, puis manger.

Ce qui est arrivé à Finnoise, sur la ferme Bisounours, qui a eu une oreille dévorée et avait été commencée toute vivante par le chien, en est un exemple.

 

Il ne faut JAMAIS laisser un chien approcher un jeune. Ne JAMAIS l'autoriser à le toucher.

Maintenant, Le Monstre (qui va avoir six ans cet été, déjà), a très bien compris le principe, et ne cherche même plus : tout ce qu'il a le droit de faire, c'est donner un petit coup de langue sur le mufle du veau pour dire bonjour.

Jamais il ne s'approche du derrière du veau, hormis "de loin", pour le faire bouger.

Quand j'ai arrêté de travailler cet été, le Chacal l'apprenait également.

 

Je n'affirme pas que mes chiens ne causeront jamais les mêmes problèmes que la Folle ; mais ils savent déjà que c'est un comportement punissable et interdit.

Pour la Folle, ce n'est pas vraiment sa faute : ma mère n'a pas tilté sur le coup en voyant la chienne renifler le cabri, et elle avait d'autres soucis en tête. Quant à son maître, il n'a probablement pas pu la confronter à la situation, à savoir côtoyer des jeunes animaux.

 

Mais je pense que c'est une chose que tous les propriétaires de chiens se doivent de savoir, au risque de le découvrir à leurs dépens : les chiens sont des animaux omnivores carnassiers, opportunistes (donc aussi charognards), et même s'ils bouffent parfois de l'herbe, du foin, des légumes, ils ne sont pas génétiquement programmés pour manger des croquettes, sauvages ou non.

Ce sont des prédateurs, le comportement de la Folle en présence de La Chat (sur mes genoux) l'a à nouveau prouvé.

Les chiens redevenus sauvages qui attaquent les moutons aussi.

N'importe quel chien est susceptible de tuer un animal, d'autant plus s'il est plus petit ou plus faible.

 

Il est donc avisé de ne pas leur donner l'opportunité de le découvrir par eux-même avec un jeune animal ou un bébé...