Récemment, je suis tombée sur une information en particulier, qui avait été publiée sur le Daily Mail. 

Je n'ai pas réactivé l'option "binlinguisme anglophone" (j'ai plein d'options comme ça, en fait, quand je suis d'humeur, je parle et comprends presque couramment l'anglais, l'espagnol, l'italien, et j'ai bien l'intention de continuer avec l'allemand. Sans parler des "parlers spéciaux", comme les patois, ou l'argot), donc je ne suis pas encore allée vérifier de près tout ça ; mais je vais m'y pencher.

 

Cette information, donc, lisible ici, nous apprend que des chercheurs ont planché presque un an pour arriver à comprendre que les vaches ont un langage.

J'en suis restée sur le cul.

Franchement.... Qui en doute ?!

N'importe quel branleur qui passe une semaine sur ferme peut faire cette constatation, que la vache meugle différemment selon qu'elle s'adresse à son petit ou à ses copines, et encore différemment si les destinataires sont juste à côté ou loin !

Quant aux "prénoms" qu'elles ont entre elles, il suffit d'un peu d'oreille pour reconnaitre les meuglements.

 

Je sais que je suis observatrice, mais quand même... Quand je conduis avec mes chiens à l'arrière, si l'un des deux se réveille ou baille, je sais lequel c'est, à l'odeur ou au son... (non, ce n'est pas UNIQUEMENT parce qu'ils puent ! rhoooo.... )

En recherchant cet article, je viens de tomber sur celui-ci.

Il est plus ancien, mais celà revient pour moi à enfoncer des portes ouvertes.

L'an dernier, chez Monsieur Violette, j'ai pu le voir très facilement : lors des premières sorties, Umagne et Tsigane ne revennaient pas à leurs places respectives, éloignée de quelques rangs dans l'écurie. A la fin, j'en ai eu marre de batailler et les ai laissées se mettre à leur envi, c'est à dire côte à côte.

J'ai pu constater le changement dans la journée : elles mangeaient mieux et plus, ont gagné près de 5L de lait par jour, et étaient, en règle générale, mieux dans leurs cornes.

C'est une observation que j'avais déjà fait il y a 11 ans, chez le voisin chez qui je faisais la traite et où les vaches n'avaient pas de place fixe.

Les mêmes se mettaient toujours côte à côte...

Je vais rechercher d'autres articles du style, mais j'ai l'impression d'avoir loupé quelque chose.

 

C'est une très bonne chose que les vaches soient étudiées comme ça ; ça me plairait énormément d'être payée pour les regarder, les écouter, les sentir, et écrire des trucs sur ce que je vois.

Mais je me demande quel est le but : simplifier la vie des éleveurs (qui, pour la plupart, savent déjà tout ça) ? "humaniser" ces grosses bêtes auprès du grand public ? et dans quel but ?

Je suis peut-être paranoïaque, mais on a vu tellement d'études du style être retournées et utilisées pour appuyer les arguments falacieux des végétaliens et vegans militants que je m'inquiète un peu...