Avant-hier, jeudi soir, pour faire bone mesure avec la période et journée de merde à la ferme (problème d'hydrolique sur le tracteur, des petites couilles tout au long de la journée), j'ai vu le Patron arriver, défait et bouillonnant de colère.

 

Les manouches sont revenus.

Au même endroit.

Une digue de terre a été élevée le long de notre parcelle, mais elle est mitoyenne avec celle d'un voisin, qui avait bloqué son accès avec un gros broyeur posé là.

Il l'a retiré le temps de passer la herse à prairie, et ces salopards en ont profité.

La même communauté qu'en automne, ceux qui ont démoli plusieurs aires d'accueil, qui ont massacré nos terrains, qui ont chié partout et laissé des monceaux d'ordures.

 

On a pas plus de recours que la dernière fois.

 

J'ai la haine, contre ces lois de merde si mal foutues, contre cette communauté, contre notre pays.

J'en viens, dans ces cas là, à comprendre les orientations politiques de certains.

Avec le temps qu'on a aujourd'hui, le déluge, jamais ils ne pourront partir, et le terrain sera foutu.

 

Ce sentiment d'inutilité, de faiblesse, obligés de subir en regardant, sans pouvoir rien faire.

 

Malgré les heurts, j'avais passé une journée formidable, emplie de câlins, de rires, de soleil, de douceur.

J'ai fait les 25km de retour en pleurant, effondrée et dégoûtée.

 

Pourquoi encore nous ? Pourquoi eux ? pourquoi la loi ne nous aide pas ? On a déjà perdu plus de 6ha à cause des travaux de construction de la nouvelle route, qui sera en plus certainement payante et qui foutent un bordel monstre partout.

Et on a ça encore.

 

Je suis écoeurée. Et on ne peut rien faire dans la légalité.

 

Dégoûtée.