Je viens de voir qu'une des recherches ayant abouti sur mon blog était la demande "quand fermer les pinces d'une machine à traire ?"

C'est une question facile, alors je vais y répondre (et faire un résumé, très succint, de l'utilisation de cette machine).

 

Photos-0230#1

Donc, en général, une machine à traire, pipe-lait ou salle de traite, a des tuyaux qui arrivent dans le "bocal" (en verre ou acier).

Ce sont les lactoducs, il y en a un ou deux suivant l'installation. 

Photos-0235#1

Le bocal en question est soit dans la salle de traite, soit dans la laiterie (pour les pipe-lait, je crois que j'ai jamais vu de bocal en laiterie pour les sdt).

Au dessus du bocal, plus ou moins gros, il y en a un beaucoup plus petit, qu'on appelle (du moins par ici), le piège à microbes.

Photos-0236#1

Il est relié soit directement (posé dessus, un peu comme les pièges à guêpes, l'ouverture du dessous qui communique), soit par un

tuyau qui part du haut du bocal, au bocal.

Photos-0238

Vers le fond du piège, il y a un tuyau ou une "valve", qui se bouche quand le vide est fait, et s'ouvre à l'arrêt de la machine.

En général, deux petits tuyaux souples sont raccordés à ce piège, avec des pinces vers le milieu, qui permettent de les "boucher". 

Photos-0233#1

Dans ce piège, il y a une boule, bloquée en dessous de la prise d'air, un gros tuyau en platique (qui a souvent une clé à ce niveau).

Photos-0239

Les lactoducs, s'il y en a deux, ont une "clé" d'un côté eux aussi, ou une "carotte" en plastique, avec un côté court, un côté long et arrondi.

 

Photos-0231#1

En général, on peut remarquer trois types de tuyaux : les "durs" en inox, les "durs" en plastique (bleus pour Alfa-Laval/DeLaval, verts pour Westfalia, oranges pour Gascoigne-Melotte), les souples en caoutchouc.

Les premiers sont les tuyaux à lait et à eau (lors du lavage). Les seconds, les tuyaux d'air. Les troisièmes, sur le piège, les "tuyaux à microbes" comme je les appelle.

 

Dans le cas de pipe-lait, s'il y a deux lacto qui arrivent au bocal, en général un des deux se divise en deux assez vite, et remonte (soit en formant un coude vertical, soit autrement) : c'est le tuyau de lavage sur lequel les machines sont branchées lors du lavage après la traite. L'autre, qui finit ou non par remonter, c'est le tuyau d'arrivée du lait . La clé ou la carotte se trouve entre cette séparation et le bocal.

A voir sur la photo juste au dessus.

 

Sur les machines "modernes", les deux tuyaux souples du piège sont reliés, l'un à la "colonne" (tuyau vertical) du lacto, l'autre du piège au bocal à lait.

Photos-0233#1

Photos-0234#1

Le bocal a d'ailleurs une sonde, avec un flotteur : quand le flotteur atteint une certaine hauteur, ça déclenche la pompe, reliée au bas du bocal, et donc le lait recueilli dans ce bocal est envoyé grâce à la pompe, dans le tank à lait (si on a pas oublié d'y mettre le tuyau, sinon c'est à l'égoût.... bref...)

Photos-0237#1

 

Donc pour la traite, les pinces du piège doivent être fermées.

La purge, si elle est manuelle (située juste après la pompe à lait) doit être fermée.

La pince à l'entrée du bocal, sur le lacto, doit être ouverte (ou la carotte tournée côté rond en haut).

Comme sur les photos, en fait.

 

 

Les tuyaux du piège ont plusieurs rôles : le plus haut, relié à la "colonne", permet à l'eau du lavage d'arriver dans le piège pour le laver ;

celui du milieu, très bas mais pas au fond, relié au bocal, sert à évacuer l'eau accumulée dans le piège au fur et à mesure, en la transvasant dans le bocal ;

le dernier, tout en bas, à clapet automatique, sert à finir de le vider en fin de lavage.

 

Si la pince du haut est ouverte, et celle du bas fermée, lors du lavage l'eau va s'accumuler dans le piège, faisant monter la boule située sous le tuyau d'air. Pendant la traite, du lait risque d'y arriver aussi. En général, ce tuyau forme un Y avec celui en inox, donc le liquide doit venir du bas pour y passer.

Quand il y a trop d'eau, la boule bloque l'air, du coup il n'y a plus d'aspiration dans les griffes, nulle part. C'est une sécurité pour éviter de noyer la pompe d'air.

La solution, c'est de tourner la clé du tuyau d'air pour couper l'appel d'air, ouvrir la pince inférieure, et attendre que ça redescende tout seul ; éventuellement taper dessus pour que la boule se décolle.

Ca arrive aussi que la boule monte toute seule pendant la traite, je ne sais pas pourquoi. Dans ce cas, on peut juste arrêter la machine à traire et redémarrer ensuite, moi j'avais pas réussi à la débloquer autrement.

Penser à remettre la clé d'air en position ouverte, sinon ça marchera pas !

 

Si la pince du haut est fermée et l'autre ouverte, ça change rien.

 

Si la clé du lactoduc est ouverte pendant le lavage, le circuit sera mal lavé : en fait, ça bloque le passage de l'eau (il y a quand même un petit passage, mais pas énorme) et la force à faire tout le tour du circuit via l'autre tuyau.

Donc l'eau emprunte le passage du lait en sens inverse, passe en partie par le tuyau du haut du piège (qui est fin), fait le tour du circuit du lait (et de l'écurie, ou de la sdt), arrive par l'autre arrivée dans le bocal, et finit "à l'égoût" en passant par la pompe (si on a pas oublié d'enlever le tuyau du tank, ça arrive aussi, et à tout le monde).

 

Pour le lavage, il faut donc :

Ouvrir les pinces

fermer la clé ou la carotte

Eventuellement tourner le manchon opposé à la clé pour que l'eau soit projetée contre le haut du bocal (pour tout nettoyer correctement).

 

Certains systèmes sont encore plus complexes, avec deux clés, quatre pinces... Dans ces cas en général, on ouvre les pinces du piège (toujours lors du lavage), on ferme UNE clé, on ouvre la pince qui correspond, et on ferme la pince du côté de la clé ouverte.

C'est de la logique, finalement, mais faut réfléchir, et sur certaines machines j'ai eu du mal au début.