Photos-0592

 

Au risque d'en surprendre certains, je ne peux pas blairer les veaux.

 Le seul truc qui soie plus con qu'un veau.... c'est deux veaux.

 Bon, il y a quand même quelques "spécialités" : les mâles sont plus cons que les femelles. Les gros plus cons que les crevettes.

Pour les races, ça dépend, ça varie d'un extrême à l'autre : un mâle croisé (lim ou charolais) peut être con comme ses poils de queue, ou au contraire très vif et agréable, au moins autant qu'une génisse pure race.

 

Mais les veaux, en général.... c'est l'enfer.

 Photos-0588

La naissance, sauf exception, ça va.

C'est juste après que ça se complique.

 

On trait la mère, et il faut que le veau avale 1L de colostrum dans les heures qui suivent.

 

Là, y'a deux options : ou il est né pendant la nuit et a déjà têté sa mère (du coup problème des anticorps résolu), ou il vient de naître et il faut le faire boire.

 

Au final, dans le premier cas, le problème de base est simplement repoussé : faire boire le bébé.

 

Mission : faire avaler au moins un litre de lait au veau.

Votre équipement : un biberon de 6L à anse à tétine souple (et biberon merdique à tenir, tétine qui ne coule pas seule)

Ferme de philippe (132)

 

un biberon de 2,5L, pratique, bonne tenue en main et tétine plutôt dure mais qui coule bien.images

 

Déjà, il faut arriver à coincer/tenir le veau. En général on l'a déjà attaché, pour éviter de courir après (ou qu'il se coince les pattes dans les caillebotis).

La plupart du temps, il tire en arrière, à moitié pendu, en faisant des demi-cercles autour du point d'attache. En gueulant sinon c'est pas drôle.

 

Une fois qu'on l'a chopé (moi j'ai tendance à coincer les épaules entre mes genoux), il faut arriver à lui coller un ou deux doigts dans la bouche, voir s'il a un minimum de réflexe de succion, et sinon, tenter de le stimuler.

 

Là, deux options : soit il a le réflexe, on peut passer à l'étape suivante, soit il l'a pas.

 

S'il l'a pas, on lui colle la tétine dans la bouche comme on peut (depuis le début on est plié en deux au dessus du veau je le rappelle, courbé, ça lance partout), et on trouve moyen de faire couler un peu de lait dans la gorge. S'il est pas trop con, il va déglutir et avaler. 

Si c'est pas un bon jour, il va hurler en gargouillant.

 

Donc on recommence, tout en chatouillant le palais avec les doigts... (pas trop loin vers les commissures, ce con est capable de serrer et mordre).

Depuis le début il gigote dans tous les sens en tirant en arrière....

 

Quand, au bout d'un loooong moment passé à batailler (moment qui peut durer deux, trois buvées) il s'est enfin décidé à têter, c'est pas gagné, loin de là....

 

Ca peut arriver qu'il tête énergiquement, vigoureusement... trois ou quatre coups.

Il va lâcher la têtine, et se mettre à gigoter, tourner en rond, en gueulant... 

Une chance sur deux pour que tout soit à recommencer depuis le début.

Sinon, il faut rechoper le veau, et le recoincer, lui remettre la tétine en bouche.

Il vaut mieux le tenir, parce que si on compte sur lui pour la prendre direct quand on lui tend, heu.... vous croyez vraiment aux poneys roses. En général il secoue la tête dans tous les sens, bouche ouverte, sans s'arrêter dessus...

 

Une fois qu'il est démarré pour de bon, c'est toujours pas fini ! il a tendance à donner des grands coups de tête (réflexes naturels pour stimuler la tétine... mais le biberon a pas besoin d'être stimulé), et si on se méfie pas on se fait doucher au colostrum bien gluant, voire on se fait éclater le pif....

 

 

Et puis après, y'a la totale, au fil des jours : il a pas faim - il a la chiasse, donc faut lui donner des "sachets repas/hydratants" dilués dans 2L d'eau, qu'il faut lui faire avaler alors qu'il ne tête PAS DU TOUT... Faut le passer du seau à tétine au seau avec la tétine "automatique", donc lui apprendre à têter tête baissée....

Y'a les jours où il a décidé qu'il nous reconnaît plus. Donc il faut recommencer le processus depuis l'étape qui suit la naissance.... Usant.

 

S'ils ne boivent pas, ils crèvent, s'ils boivent trop, ils sont malades !

Il faut leur donner bien chaud, sinon ils chopent la diarrhée. 

Pas couper d'eau, sinon c'est pareil.

 

Quand il y en a un... ça va... quand on en a quatre ou cinq, voire plus... c'est vraiment pénible. 

 

Les veaux m'ont procuré mes plus belles crises de nerfs dans le métier. Avant la mécanique qui marche pas ou les vaches qui font des blagues !

Photos-0539

Photos-0540

 

 

Photos-0610