Ca y est. J'ai signé.  Le contrat, le bail de mon studio de 18m², j'ai vidé ma voiture.... 

 

Je suis vachère. Pfiou ! depuis le temps que ça me tentait ! 

Je sais pas ce qui m'attend. Un an et demi que je n'ai pas touché une vache, posé mon cul sur un tracteur (et encore, fallait voir les tracteurs que je conduisais....) 

J'ai 22 ans tout juste.  

 

J'ai tout "quitté" sur une petite annonce, mes parents, ma famille, changé de département....  Les chevaux sont évidemment restés à la maison, je suis partie avec ma rate dans sa cage, et voilà. 

En "théorie" je sais ce que je vais faire : j'ai été embauchée par un groupement d'employeurs, en Haute Savoie ;  je suis la seule vachère de deux vallées, mais ça va, j'ai pas trop d'agriculteurs : 24. Mais ça je ne le saurai pas avant plusieurs semaines (mois ?) parce que le big boss n'avait pas de liste d'avance pour moi. 

 

Donc, je vais aller sur les fermes où ils ont besoin de moi, parce qu'ils partent en vacances (dur, ça !), sont malades ou accidentés (plus faciles, ils restent dans le coin, à la maison en général, donc je suis pas seule), ou ont besoin de quelqu'un. Là, c'est mieux, je vais pouvoir continuer à apprendre le métier.... 

En pratique c'est pas si simple, on n'a pas beaucoup de demandes, le Big Boss arrive donc à me caser un peu partout "en imposé", pour quelques jours, sur chaque ferme.  L'avantage, c'est que comme ça je découvre le pays, et je "repère" les fermes. Le problème, c'est que ça arrange pas forcément les agriculteurs, et je me cogne souvent les tâches à la con : passer le karcher sur tout et n'importe quoi, nettoyer les laiteries, les machines à traire, les salles de traite.... à la brosse et à l'acide (ou la soude suivant les préférences) pendant des plombes, passer la débroussailleuse, quand j'ai du bol c'est pas trop merdique, si c'est un truc qui attendait vraiment, y'a des chances pour que ça soit en alpage ou dans les mauraines, donc très merdique. Bon, l'avantage, c'est que je suis tranquille, seule, (à part si y'a un fou en liberté qui essaye de me parler et me suit partout, j'ai déjà croisé le phénomène, c'est un peu flippant. Et là, on se demande très sérieusement si les dégâts causés par un fil (de débroussailleuse) sur un visage sont plus importants que ceux faits par la lame, et si la castration à la débroussailleuse est raffinée ou pas), et le paysage est splendide.  On peut voir des bêtes aussi. 

En doublage, y'a aussi l'option "fumier". Ca, c'est cool parce que ça donne chaud et ça fait les bras si c'est à la main, mais c'est salissant quand même. Il s'agit de vider le fumier, soit d'un ou deux veaux, soit carrément des cases entières, ça peut être à la fourche, au tracteur, à la brouette, à la benne... 

Les clôtures, où faut se trimbaler les piquets, les bobines, éventuellement la massette.... 

 

 

Mais c'est pas grave, on se balade, et le métier revient petit à petit. 

J'ai "découvert" les clôtures électriques au "service"  : chez moi, et sur les fermes où j'ai été, c'était du barbelé, avec éventuellement du fil pour renforcer. Mais là, c'est TOUT des clôtures électriques ! On apprend à devenir incollable sur les piquets (fibre, fer, ou gros fer à planter à la massette, bois avec isolateur), les isolateurs, les fils....  On s'endurcit les épaules à force de porter les fagots de piquets à planter ou déplantés, on gagne en souffle, on bronze (on fait presque jamais les clôtures sous la flotte), on se muscle les jambes, on perd des fesses.... Tout bénef :D 

 

On découvre aussi, les premiers mois, les machines à traire : en "entravée"  en étable, en alpage, au pot ou au pipe-lait ; avec ou sans décrochage automatique ;  les salles de traites  en épi, en tpa (traite par l'arrière), en tandem, avec décro, sans décro, en alpage... 

Alfa-Laval (actuellement De Laval), qui sont bleues ; Westfalia, vertes ; Gascoigne-Melotte, orange ; Bou-Matic, qui me résiste encore et toujours (c'est du genre tactile, et les machins se déclenchent jamais avec moi). 

 

C'est super bien, on apprend aussi plein de vaches : les Montbéliardes, les Abondance, les Tarines... Avec cornes, sans cornes, les taureaux, toutes races, des qui sont cools, d'autres des vraies saloperies, mais tous, faut s'en méfier. 

C'est vachement bien comme métier. Et le coin aussi. 

 

 

La Haute Savoie c'est magnifique, mais c'est merdique. Je suis seule, je ne connais absolument personne.  

J'ai débarqué avec armes (médiévales) et bagages le 3 août 2009, tout droit venue de la médiévale de Montrond Les Bains, deux jours épuisants de joutes, feux d'artifices le soir, une foule incroyable, la chaleur... 

Quatre heures de route (je crois), arrivée sans me perdre (j'étais déjà montée avec le gars de l'agence quand j'avais visité), mais plus d'essence, il faut faire le plein : donc, je repars.... pour tourner, me paumer, pendant.... pfiou... au moins 20km ! pour trouver un supermarché qui fait station essence... alors qu'il y en avait un à 5km. -__- 

 

Le premier achat a été une carte IGN au 1/25000 du coin...